Restauration

SPECIALITES ASIATICO-MALGACHES

Chez Monique et Bruno GEORGET, route de Mahalon, la camionnette est présente tous les mercredis soirs à partir de 18 heures.

Tél. 06.06.89.82.10 ou 06.31.16.89.68

bruno

PIZZA

Tous les jeudis à partir de 16 heures, TaraPizz prend place devant la mairie. Il est fortement conseillé de téléphoner à partir de 16 heures pour réserver les pizzas afin d’être servi à l’heure désirée, au 06.38.35.96.36

Pour plus d’informations venez découvrir plus de 25 pizzas sur le site : http://www.tarapizz.com

pizza

Recensement militaire

recensement-militaire

Recensement militaire obligatoire à 16 ans

Tous les jeunes Français ayant atteint l’âge de 16 ans, les filles comme les garçons doivent se faire recenser à la mairie du domicile. Cette formalité est obligatoire pour pouvoir se présenter aux concours et examens publics (dont le permis de conduire).

Lors du recensement, il convient de fournir les informations suivantes :

– votre nom (nom de famille et éventuellement nom d’usage),
– vos prénoms,
– votre date et lieu de naissance, ainsi que les mêmes éléments concernant vos parents,
– votre adresse,
– votre situation familiale, scolaire, universitaire ou professionnelle.

Lorsque vous vous présenterez pour vous faire recenser, soyez munis de :

 – votre pièce d’identité (carte nationale d’identité, passeport ou tout autre document justifiant de la nationalité française)
– du livret de famille

Il n’est pas nécessaire de fournir un justificatif de domicile.

Si le jeune est atteint d’un handicap ou d’une maladie invalidante, et qu’il souhaite être dispensé de la journée défense et citoyenneté , il doit présenter sa carte d’invalidité ou certificat médical délivré par un médecin agréé auprès du ministre de la défense.

Les jeunes Français de naissance doivent se faire recenser entre le jour de leurs 16 ans et le dernier jour du 3ème mois qui suit celui de l’anniversaire.

À la suite du recensement, la mairie délivre une attestation de recensement, aucun duplicata ne pourra être délivré. Cette attestation doit donc être conservée soigneusement.

En cas de perte ou de vol, il est possible de demander un justificatif au bureau du service national dont vous dépendez.

Le recensement permet à l’administration de convoquer le jeune pour qu’il effectue la journée défense et citoyenneté.

Le recensement permet également l’inscription d’office du jeune sur les listes électorales à ses 18 ans.

Défaut de recensement

En cas d’absence de recensement dans les délais, vous êtes en irrégularité.

Vous serez sanctionné par le fait :

 – de ne pas pouvoir participer à la journée défense et citoyenneté,
– de ne pas être inscrit sur les listes électorales à 18 ans,
– de ne pouvoir passer aucun concours ou examen d’État (baccalauréat ou permis de conduire par exemple) avant l’âge de 25 ans.

index

La journée défense et citoyenneté (JDC) permet de vous informer sur vos droits et devoirs en tant que citoyens ainsi que sur le fonctionnement des institutions. Cette journée doit être accomplie après votre recensement, entre votre 16e et 25e anniversaire.

Participation obligatoire

Votre participation à la JDC est obligatoire, sauf si vous êtes atteint d’un handicap vous rendant définitivement inapte à y participer, sous réserve de justifier d’un certificat médical.

Convocation

Vous recevez entre la date de votre recensement et celle de votre 18e anniversaire (ou dans les 3 mois qui suivent votre recensement, si vous devenez Français entre 18 et 25 ans) une convocation écrite vous indiquant la date de votre participation à la JDC.

L’ordre de convocation vous parvient environ 45 jours avant la date de la session.

Votre participation étant obligatoire, si vous rencontrez des difficultés sur la date ou sur le lieu proposé, il convient d’adresser à votre centre du service national (CSN) une demande pour d’autres dates ou d’autres lieux. Votre demande doit parvenir au plus tard 15 jours après la réception de l’ordre de convocation.

Pour vous inscrire aux concours et examens de l’État (permis de conduire, BEP, baccalauréat, etc.), vous devez attester de votre participation à la JDC.

Si vous êtes dans l’attente de votre convocation à la JDC, vous pouvez justifier de votre situation au moyen d’une attestation provisoire.

Vous pouvez demander ce document au centre du service national organisateur :

 – sur place (uniquement si le centre reçoit du public),
– ou par courrier, accompagnée d’une photocopie de votre carte d’identité,
– ou par mail.

Certificat de participation

Pour attester de votre participation à la JDC, il vous est remis à l’issue de la journée un certificat de participation à la journée défense et citoyenneté.

Une copie de ce certificat, ou de l’attestation individuelle d’exemption, est nécessaire pour passer les concours et examens d’État (permis de conduire, bac…).

Si vous perdez ces documents, vous pouvez demander une attestation au CSN organisateur. La demande peut être faite :

 – sur place (uniquement si le centre reçoit du public),
– par courrier, accompagnée d’une photocopie de votre carte d’identité,
–  par mail.

Manifestations et festivités

Participez au TROC TEXTILE

 dimanche 19 novembre

Et découvrez une douzaine d’ateliers gratuits et ouverts à tous afin d’apprendre à réduire vos déchets de manière ludique et créative !

Le programme complet est accessible sur le site de la Communauté de Communes : http://www.cchpb.bzh/troc-textile-2017/ ou sur la page facebook de l’évènement : https://www.facebook.com/events/141…

N’hésitez pas à partager !!!

Renseignements et inscriptions à cette adresse : ambassadeur.tri@cchpb.com

Et durant toute la semaine, découvrez les ateliers récup’ de Cap Solidarité :

Les motards roulent pur le téléthon (14ème édition) :

Samedi 9 décembre 2017, grand rassemblement motard au profit de AFM Téléthon (salle de Kerjézéquel, Lesneven, 29).

A partir de 10 h, différentes animations sur site dont un mini salon ainsi qu’une initiation à la moto accessible à tous ceux qui n’ont pas le permis.
Restauration possible sur place. Dons possibles par chèque ou espèces sur place. Ouvert à tout public.

14 h 00 – Départ de la balade moto de 70 kms pour le tour de la côte des légendes.

Renseignements : g.tanne29@gmail.com – Retrouvez toutes les infos à jour (parcours, horaires de passage, photos des précédentes éditions, …) sur Facebook : TelethonMoto29

Conférence ZERO DECHETS

Les Communautés de Communes du Haut Pays Bigouden et du Pays Bigouden Sud vous invitent à participer à la conférence Zéro déchet animée par le collectif Zéro Waste Cornouaille,

le Mardi 31 octobre à 20h Salle du patronage laïque à Pont-l’Abbé.

Clément et Aurélie du collectif Zéro Waste Cornouaille aborderont ce temps d’échange de manière ludique et pratique. Ils vous présenteront leurs habitudes de vie ainsi que les trucs et astuces qu’ils ont pu mettre en place afin d’éviter le gaspillage et ainsi réduire au maximum leurs déchets !

Repas des aînés

Dimanche, les administrés âgés de 70 ans et plus étaient invités au Breiz Armor, à Penhors, pour le repas annuel des aînés offert par la commune. Conversations, anecdotes et chansons ont égayé cet après-midi.
© Le Télégrammehttp ://www.letelegramme.fr/finister…

repas-des-aines

Troc et puces de l’école. 350 visiteurs

L’association des parents d’élèves a organisé un troc et puces, dimanche 2 juillet 2017, en plein air sur le terrain de sports. Une première. Les organisateurs sont satisfaits. Le risque du plein air a été assumé, malgré une matinée arrosée par moments d’un petit crachin. Quelque 25 exposants sur 100 m linéaires (un mètre offert par les organisateurs) ont présenté au public un grand choix d’articles.
© Le Télégrammehttp ://www.letelegramme.fr/finister…

troc-et-puces

Les associations

J’impuls’E. Une nouvelle association à Guiler sur Goyen

Jeune association fondée par Elen Kersaudy et Justine Bréhonnet qui allie deux activités indissociables l’une de l’autre : la diététique et l’activité physique adaptée.
Elen Kersaudy interviendra à Guiler le mardi soir et le mercredi à la maison médicale. Ce seront des interventions personnalisées ou des séances et ateliers en groupe. On parlera de diététique, d’alimentation et de prévention.
Contact : tél. 06 50 51 50 04
mél : jimpulse.finistere@gmail.com

Association de la Vallée du Goyen :

Mme Morgane Velly au 09-75-94-30-55

Association sportive de football landudec/Guiler sur Goyen : 

Mr Anthony Jaouen au 06-61-76-09-78

Club de l’amitié Landudec/Guiler sur Goyen : (activité repas, jeux de cartes, goûter, sortie…)

club-de-lamitie-guiler-sur-goyen
Mme Anne-Marie Olier au 02-98-91-54-34

Tud Ar Vorc’h :

organisation de concerts
Mr Damien Le Coz au 06-83-59-68-16

Goyen-Environnement :

Mobilisation contre tout projet portant atteinte à l’ environnement.
Mme GETIN Bernadette : 02.98.91.55.20

LES ASSOCIATIONS DANS LE PASSÉ

– Comité des fêtes et club sportif :

Kermesse : Juin 1972 :  à Guiler pour pouvoir lancer un comité des fêtes et une équipe de football. Bon succès de la kermesse malgré un temps pluvieux.
En août : petite fête communale : courses pour les jeunes et les grands + quelques jeux. Plus tard, la fête prendra de l’importance : concerts, courses pédestres dans le cadre du challenge de cornouaille en juillet et jeux bretons en août. Le challenge de cornouaille prendra fin en 2014.

Le football : septembre 1972, Guiler-sports démarre sa première saison de football – peu de résultats mais bon moral. Les installations sont sommaires : pas de douches… 1982-1983 : la commune achète un terrain et aménage le stade actuel (avec vestiaires, douches et buvette). La salle polyvalente suivra plus tard dans les années 1990. L’effectif faiblit et Guiler-sports s’associe à Landudec pour former l’Entente Sportive Landudec-Guiler (ESLG).

– Les Comices Agricoles :

Chaque année, en septembre, se tient le comice agricole, d’abord du canton de Plogastel, puis élargi à toute la bigoudènerie avec Plomelin et Pluguffan comme voisins. Derniers comices à Guiler : septembre 1981 et 27 août 2011. Lors du dernier comice, on a enregistré 540 entrées payantes et plus de 300 repas ont été servis. Avec la présentation de bovins et de chevaux, on présente aussi du matériel agricole, le matériel moderne évidemment mais aussi des tracteurs anciens.

Histoire

La commune de Guiler-sur-Goyen a toujours été tiraillée en diverses tutelles administratives. Autrefois, Guiler-sur-Goyen formait une trève de la paroisse de Mahalon jusqu’à la révolution. Le village est ensuite rattaché à Landudec. Il en fut détaché en 1790 pour former une commune et une paroisse distincte.
Chose curieuse, une partie du village de Cosquéric en Guiler fait partie de la commune de Mahalon, tout en étant rattachée à Guiler-sur-Goyen au point de vu religieux. Une légende qui n’est pas moins curieuse nous en donne une explication : “Saint Magloire (saint patron de Mahalon) parcourait le pays pour délimiter sa nouvelle paroisse de Mahalon. Il était à cheval, car il fallait se hâter, il avait ouïe dire en effet que les saints voisins, Saint Vinoc (Plouhinec), Saint Démet (Plozévet), Saint Justin (Guiler) étaient entrés en campagne eux aussi et bien entendu, le terrain délimité appartiendrait au premier occupant. Arrivé non loin de Woarem-Goz, après avoir fixé les frontières de Mahalon du côté de Plouhinec et Plozévet ; Saint Magloire prit un tel élan pour se rendre à Lantujen que le sabot de la monture et la botte de l’illustre cavalier s’enfoncèrent dans la pierre et y laissèrent une empreinte profonde. Et la légende ajoute qu’après avoir occupé Lantujen, notre bon Saint arriva à Cosquéric dans la partie du village la plus proche de Guiler. Il s’apprêtait à s’approprier le hameau tout entier, quand il fit la rencontre inopinée de Saint Justin dans la partie du village la plus éloignée de Guiler et donc la plus proche de Mahalon. Et Saint Justin signifia à notre saint patron (St Magloire), qu’il ne lâcherait pas ce qu’il tenait. Voilà comment Cosquéric se trouve partagé entre Guiler et Mahalon. (Extrait du texte écrit par M. Celton Pierre).
Pendant la révolution, l’histoire locale est émaillée d’anecdotes relatives aux luttes entre membres du clergé réfractaire et jureur. Guiler tient davantage du gros hameau que du bourg, en partie du fait de l’absence de structure urbanisée. Le maillage des rues et des maisons n’a en effet pas eu le temps de s’élaborer avant que l’exode rurale ne mette fin à l’expansion de la commune, qui n’est pas traversée par un axe important de communications. De part le relatif isolement de la commune, des costumes particuliers se sont développés à Guiler. La coiffe portée jusqu’au début des années 1900, ne s’apparente que de loin à celle des Capistes, des Bigoudens ou des Glazigs.

ANCIENNE NOBLESSE de GUILER-SUR-GOYEN

La trève de Guiler (aujourd’hui Guiler-sur-Goyen) ne possédait, en fait de manoirs que deux petites gentilhommières, voisines l’une de l’antre, Kernec’h et Kerliongar, qui ne figurent pas sur le plan cadastral, leurs dépendances étant depuis longtemps annexées au village de Cosquéric. Kernec’h avait donné son nom à une famille établie avant le XVème siècle au manoir de Cloazrec (en Pouldergat).
Kerliongar dont la maison a deux étages (note : il a toujours été d’usage dans ce pays de compter le rez-de-chaussée pour un étage) menaçait ruine en 1604, était tenu à domaine sous les Tréganvez, en 1524, par M. Jehan Kerrieu et par Yvon Le Bronic. En 1621, la foncialité de Kernec’hi et celle de Kerliongar appartenaient à Françoise Goulhezre, dame de Keranpape, femme de Jean Le Torcol.

La liste suivante contient les noms de tous les anciens villages de Guiler (aujourd’hui Guiler-sur-Goyen) avec l’indication des familles qui les habitaient, il y a quatre cents ou cinq cents ans. Plusieurs de ces familles sont encore aujourd’hui représentées par leurs descendants.

KERDREIN : (village des épines), tenu à domaine, en 1540, par Guillaume Celton.
KERCARADEC : (village de Caradec), tenu, en 1535, par les enfants d’Alain Kerloueret.
KERGUILLIANET : (village des mouches), deux tènements exploités l’un, en 1503, par Alain Le Contal et, en 1578, par Jehan Le Contal et les hoirs de Guillaume Coulloc’h ; l’autre, en 1541, par Yvan et Jehan Le Roy.
LANSALUDO : (monastère de Saluden). Ce village, le plus important de Guiler (74 hectares), comprend trois tenues qui dépendaient autrefois de Ty varlen et qu’exploitaient, en 1426, Guéguen Hascoet et consorts ; en 1541, Etienne Pensec et consorts et, en 1638, Henry Savina, Alain Cozic et Henry Le Friant.
KERAMOAL : (village du Moal), deux tenues cultivées, en 1679, par Yves Guéguen et Corentin Pensec.
KERNAVALEN : (village du pommier). En 1503, Pierre et Yves Le Saux et, en 1536, François Gourlaouen.
KERDAGAT : (village d’Agat), appartenait en 1540 à la famille Le Baud.
LE BOURG DE GUILER : (du roman Villare), comprenant, outre le presbytère, trois tenues. Colons en 1536, François Gourlouen, Yves Hazennec et Henry Le Scuiller ; en 1681, Henry Squividan et Le Bolzec.
KERGOFF : (village du forgeron), tenu en 1540 par Le Roy et Hervé Le Scuiller et, en 1681, par Yves Donartz et les mineurs Scuiller. KERGARADEC-PENANROZ : exploité, en 1540, par Guillaume Savina.
KERCANVET : tenu en 1541 par Guyon Le Huez et Henry Sinou.
MOULIN DE PONTGOUALC’H : (pont de la lessive), moulin à blé et à fouler, a dépendu du manoir de Kerdrein.
PELLAY ou PELLAHEZ : (penlahez, bout de la montée), exploité, en 1638, par Jean Le Bihan, Alain Le Gall, Hervé Cabon et Hervé Stéphan. COSQUERIC : Une partie de ce village dépend de Mahalon. KERIVARC’H : (anciennement Kerguymarch, nom d’homme). KERBEYOU : (village des tombes), qui, au XIXème siècle, appartenait aux époux Le Goff dont le fils Guillaume mourut en 1848 vicaire à Bannalec, passa par alliance à N. Sauveur (de Locronan), neveu de Mgr François Sauveur, grand vicaire et protonotaire apostolique.
KERSIBIRVIC : (anciennement Kerbeuveret), tenu en 1550 par Alain et Henry Le Boczer et Jehan Le Scuiller.
KERNERBEN ou KERNERMEN : (village des pierres). En 1443, M. Jehan Kerriou possédait une des tenues de ce village qu’habitaient, en 1517, Me Jehan Kerriou, — Yvon Le Friant et Henry Le Lagadec, — Jehan Le Scuiller, fils d’Henry.
KERANARGANT : (village de l’argent). Domaniers, en 1540, André Le Scuiller et Jehan Martin.
KERSALIOU : (village des Salles). En 1599, Jean Le Scuiller.
KERHOANT : (Beaulieu). En 1550, Jehan Le Scuiller.
TY-VINCENT ou KERHOANT-IZELA : a gardé le nom du domanier, Vincent Le Castrec qui le cultivait en 1541.
KERGOLVEZ : (village des noisetiers). En 1648, Jean Pensic et Guillaume Créou.
POULGUILER : (mare de Guiler). Trois tenues dont une par dehors, exploités, en 1536, par Hervé Pencic.
PENENPRAT : (bout du prateau). En 1682, Yves Le Bosser, procureur terrien de Guiler (aujourd’hui Guiler-sur-Goyen).
LEURAMBOYOU : En 1540, appartenait en partie à Yvon Le Roy, fils de Guillaume, mort vers 1490, à charge de payer 35 soulz de rente à Margarite Glazien, veuve d’Hervé Jahannic.
KERVOAT : (anciennement Kernoueret), tenu en 1540 par Pierre Le Courleau et, en 1681, par Le Lagadec.
LESCUZ IZELA : (lieu caché, lec’h kuz) avait pour domanier en 1540 Mahe Le Coz et, en 1612, Guillaume Le Scuiller.
LESCUZ BRAS ou LE GALL : domaine tenu, en 1540, par Dominge Demoraguer et Charlotte de Portes, sa femme, demeurant au bourg de Landudec ; en 1612, par Pierre Le Berre, mari de Béatrix Le Gall, et, en 1681, par Dergat Thomas.
STANG CORZOU : (val. des roseaux). En 1337, Yvon Stangorzou figure comme témoin dans un acte du . Cartulaire de Saint-Corentin. Jehan Pencic en était domanier en 1541 et Jean Le Friant en 1627.
TY-PIOLOT : (anciennement Ty-Stephan) tenu, en 1540, par Yvon Gourlouan. Ce lieu porte ensuite le nom des Piolot qui, de 1659 à 1736, en possédèrent la moitié (Conen de Saint-Luc).

QUELQUES DATES ET ÉVÉNEMENTS DE GUILER COMMUNE ET PAROISSE

Eglise :
La flèche du clocher dont les travaux ont débutés en novembre 1924 jusqu’au 15 janvier 1925. Le recteur : Monsieur G. BELBEOC’H Les architectes : Messieurs RUER et MONY de Douarnenez L’entrepreneur : Monsieur Jacques LE BARS d’Audierne Alain LE GOFF de Poulguiler à Guiler étant maire et Jacques FRIANT de Stang Corzou également à Guiler étant son adjoint.

Septembre 1939 : l’Allemagne déclare la guerre à la France. Louis BARIOU est le maire de Guiler. 83 jeunes de la commune sont mobilisés. Fin juin 1940 : 43 soldats sont prisonniers. Durant l’année 1941, quelques prisonniers (les plus âgés ou malades) sont libérés mais il en reste 30 en Allemagne.

9 janvier 1942 : l’électricité vient jusqu’à Guiler (au bourg principalement) Au début, cette charmante fée sert surtout à fournir l’éclairage. Au moulin de Kerivarc’h, une dynamo entrainée par l’eau fournit également du courant.

Mars 1942, les parents de Michel LE MOAL de Pellay sont avertis officiellement de son décès. Michel avait été blessé près de Dunkerque. Son corps repose en Belgique.

Après mai 1945, retour des prisonniers de captivité (30) ; le premier est Michel LE GOFF, le dernier est André COROLLER de Lescuz.

1950 : bénédiction d’une cloche. Quelques anciens racontent qu’après la bénédiction solennelle à l’église, les charpentiers (famille POGEANT) travaillèrent si vite pour la monter au clocher et la fixer qu’ils la firent sonner avant le départ des autorités religieuses du presbytère où était servi le goûter.

Curiosités et monuments

L’EGLISE

eglise-saint-justinDans l’église Saint-Justin qui date de 1885, la statue du Saint Patron représente Saint Justin, martyr romain (vers 100-166). Il a succédé à un Saint Gestin “difficilement tiré d’une hagiographie chargée de légende.”

 

l-eglise-avec-son-clocher

L’église est née au néo-flamboyant et succède à un ancien sanctuaire. Cet édifice religieux est consacré le 28 juillet 1885. Il comprend une nef avec bas-côtés de cinq travées et un chœur : il n’y a pas de transept. Parmi les statues, on trouve celles de Saint-Gestin (devenu Saint-Justin), Saint Herbot avec une baratte, Saint Tugdual, Saint Etienne et la Vierge Mère. Le pardon se déroule le second dimanche de septembre.

saintjustin

Dans le chœur de l’église, la Vierge à l’Enfant, au visage anxieux, tient son Fils à la manière du XVIIè. L’Enfant porte le globe, insigne de sa toute puissance. Saint-Sébastien a les quelques flèches qui rappellent son martyre et par le fait son don de guérison des bubons qui laissent des cicatrices sur la peau. Saint-Eloi est en évêque. La ligne du bois a obligé l’artisan à le cambrer sans lui mettre d’attributs. Saint-Antoine , ermite, est en plâtre ; son attribut n’est plus le traditionnel cochon, mais une baguette de pain torsadé et une baratte. Le saint des hôpitaux antonins est devenu campagnard. Saint-Etienne est en diacre avec la palme des martyrs. Saint-Justin, évêque, sans crosse, est taillé dans un bois épais. c’est le patron de la paroisse. Ce saint du Canon Romain, apologiste bien connu, a succédé à un Saint-Gestin difficilement tiré d’une hagiographie chargée de légendes, où le premier rôle appartient à Saint-Efflam. Celui-ci était le fils unique d’un roi d’Irlande. Il failli être engagé dans un mariage qui aurait scellé l’union de deux royaumes. Efflam ne voyait pas comment échapper au danger si sa fiancée Honora, compréhensive, n’avait accepté de rester vierge. Ce n’était pas suffisant, il préféra prendre la mer. La première partie de sa vie est difficile à trouver dans les archives. La deuxième se complique de la rencontre d’un dragon dès son arrivée en Bretagne, dragon qui n’est peut-être que le mal qui nous suit partout. Le chroniqueur raconte les combats, les miracles, les retrouvailles d’Honora avec des péripéties à faire frémir et pleurer. Dans ce merveilleux de légende, interviennent le roi Arthur, pour son courage et Saint-Gestin pour sa sainteté. C’est un roman type du Moyen-Age. A l’autel de gauche : Saint-Nicolas est là avec ses “trois petits enfants”. Un boucher les avait découpés et mis au saloir. Saint-Nicolas éventa l’horrible chose et les ressuscita. Ils sont toujours représentés côte à côte dans le même vase de grès. Cette histoire touchante valu à Saint-Nicolas de devenir le protecteur des enfants, le patron des écoliers ; au Moyen-Age c’est lui qui distribuait les cadeaux de Noël, sa fête en étant toute proche, d’où le glissement qui s’est fait vers les surprises nocturnes du 25 décembre et l’habillement de Saint-Nicolas en Père Noël. A l’autel de droite : des angelots en bois de type asiate : leur main levée portait un candélabre en équilibre de part et d’autre d’un autel. La Croix des processions, dorée, à clochettes, porte à l’opposé du Christ, un saint qui tient sa tête décapitée : Saint Trémeur ou Saint-Denis ? la jeunesse de l’expression ferait pencher vers le premier. Une statue en plâtre a perdu son identité. Dans la nef : Saint-Jean Discalceat, c’est à dire aux pieds nus, ou dit encore “Santig Du”, très populaire à Quimper a, ici, reçu une tardive statue de plâtre. Il est invoqué pour retrouver les objets perdus. Si le tétanos avait été identifié, on l’aurait aussi prié pour en être préservé, car il laissait les clous des chemins s’enfoncer dans ses pieds et était trop mortifié pour les enlever !… On a aussi oublié qu’il était mort de la peste de 1349, pour en rester aux saints guérisseurs de bubons.

l-eglise-avec-son-clocher

LE CALVAIRE DU CIMETIERE

Le calvaire est beaucoup plus ancien que l’église. D’un côté du Christ on a sculpté la Vierge et Saint-Jean. De l’autre, on dirait un soldat, vêtu à la mode de Charles VII, avec cotte, bouclier et lance qui plonge dans la gueule d’un animal qui tient du Léviathan (le monstre de la Bible) et du dragon. C’est sans doute Saint-Michel terrassant le démon. L’énigme c’est que rien dans la paroisse, ni dans l’église oriente vers ce culte. Autour du chapiteau qui couronne le fût, trois personnages, anges ou hommes ainsi qu’un blason et un arbre ne sont que des éléments décoratifs. L’influence nobiliaire pourrait expliquer le choix iconographique, hors de l’influence paroissiale. Guiler, église, g. 4,50m. XVIè s.,1856. Deux degrés, corniches. Socle cubique à chanfrein. Fût octogonal, nœud épais, masque, ange, feuillage : 1856. Statues de la Vierge et de Saint-Jean. Crucifix, au revers Saint-Michel et le dragon.

eglise-et-calvaire

CIMETIERE DE GUILER-SUR-GOYEN

cimetiere-de-guiler-sur-goyen

cimetiere-de-guiler-sur-goyen

AUTRE CALVAIRE DE GUILER-SUR-GOYEN :

Guiler S, g. 3,50 m. Moyen-âge. Degré, socle élevé : ST 1820, 1956. Fût à pans. Croix à lobes, un crucifix sur chaque face.

dscf4446

Calvaire de Ty Vincent : N, g. 3,50m XVè s. Base maçonnée à deux degrés. Socle grossier circulaire. Fût épannelé. Croix à fleurons rectangulaires, crucifix.

LA FONTAINE SAINT-NICOLAS, 1769

Elle est située au bas du bourg et guérirait de la coqueluche. Curieusement le pardon célèbre Saint-Nicolas et non Saint-Justin. 

Fontaine Saint-Nicolas

CROIX SUR FONTAINE, Kerbeyou :

croix-de-kerbeyou

 

Sites naturels et panoramas

N’hésitez pas à consulter cette petite vidéo qui a été réalisée en l’été 2016 pendant les ateliers nature.

https://www.youtube.com/watch?v=haa…https://www.youtube.com/watch?v=haa…https://www.youtube.com/watch?v=haa…


CIRCUIT PEDESTRE AU DÉPART DE LA MAIRIE

http://www.visorando.com/randonnee-le-long-de-la-riviere-goyen/

 dscf4428

dscf4422


LE PARC EOLIEN DE KERIGARET

De Guiler-sur-Goyen en direction de Plozévet, vous ne pourrez manquer ce parc de 8 éoliennes. En réalité, il est situé à cheval sur les communes de Mahalon, Guiler-sur-Goyen et Plozévet. Installé en 2007 et d’une puissance totale de 12 MégaWatt, il permet d’alimenter environ 13 000 personnes en énergie électrique et d’éviter l’émission de plus de 20 000 tonnes de gaz carbonique.

eoliennes-guiler-sur-goyen

eolienne-2

le-site-des-eoliennes

Campagne de reboisement 2017

« CAMPAGNE DE REBOISEMENT 2017 »

La Communauté de Communes du Haut Pays Bigouden reconduit l’opération « campagne de reboisement 2017 ».

Les personnes intéressées par l’achat de plants, sont invitées à retirer les formulaires à la mairie de leur domicile et à les ramener complétés à la mairie pour le 6 Novembre 2017. (date de rigueur).

La livraison des plants est prévue fin novembre 2017.

La date sera précisée ultérieurement.

Construction de trois éoliennes

DESCRIPTION DE LA LOCALISATION DU PROJET

Le projet, porté par la Société IEL Exploitation 5, est situé à environ 500 mètres, à l’ouest du parc éolien existant de Kérigaret (Plozévet, Mahalon, Guiler-sur-Goyen), constitué de huit éoliennes.

La construction de trois éoliennes et d’un poste de livraison électrique consolidera ainsi le parc existant. L’ensemble des éoliennes seront orientées dans un sens nord/ouest – sud/est, au même titre que les deux lignes d’éoliennes existantes.

Il faut noter que la taille de ces trois éoliennes est plus modeste par rapport à celles des éoliennes existantes.

DESCRIPTION DES AMÉNAGEMENTS ENVISAGÉS

Les trois éoliennes seront implantées sur des parcelles agricoles.
L’organisation du parc éolien permet de minimiser la création de chemins et utilise au maximum toutes les potentialités offertes par les chemins d’exploitation agricoles existants.

Les plateformes et les chemins d’accès seront réalisés en empierrement ( matériaux de carrières locales) ; le compactage des matériaux permet de répondre aux exigences de portance recommandées par le constructeur.

La liaison électrique entre les éoliennes et le poste de livraison (P.D.L) se fera par enfouissement des réseaux. Le P.D.L constitué d’un bardage bois et sera localisé dans l’angle de la parcelle située en bodure de la RD 243. C’est à ce même niveau que se fera l’entrée au site. Aucune aire de stationnement ne sera prévue.

Frelons asiatiques

LE FRELON ASIATIQUE :

Au mois de novembre 2015, il a été découvert au lieu-dit “Stang-Corzou” un nid de frelons asiatiques.
La montée en puissance de l’insecte : En 2011 : 2 nids ; En 2014 : 315 nids ; En 2015 : la probabilité est estimée à 2000 nids.
Ce frelon est moins agressif que le frelon européen, cependant pour les personnes allergiques, il y a urgence à intervenir dans la demie- heure qui suit la piqûre.
Pour information, le venin de l’abeille est plus fort que celui de la guêpe, du frelon asiatique et du frelon européen, mais tout cela dépend de la résistance de votre corps.
A noter aussi que le frelon asiatique est le plus grand destructeur d’abeilles, alors que nous savons que l’abeille est déjà menacée et que sa disparition serait une catastrophe pour la planète. Il faut donc détruire les nids, mais pour cela, n’intervenez jamais vous-même mais faites appel à la mairie au 02.98.91.50.32 ou au référent de la commune, Monsieur Jean-Luc Crocq au 06.72.18.18.65.

Voici ci-dessous quelques photos :

Lotissement Park ar steir

Les caractéristiques

-Maître d’ouvrage : commune de Guiler-sur-Goyen

– Situation : au nord du bourg, à proximité des commodités : école, boulangerie, maison médicale,

 Lotissement de 15 lots

– Lots de 576 m² à 1 096 m².

-Prix de vente : 35 € le m² viabilisé.
Neuf lots sont disponible à la vente.
Renseignements en mairie, par mail ou par téléphone au 02.98.91.50.32

Grille tarifaire des lots 

N° LOT SURFACE PRIX TTC
1 719 m² 25 165 €
2 731 m² 25 585 €
3 721 m² 25 235 €
5 1096 m² 38 360 €
8 641 m² 22 435 €
9 576 m² 20 160 €
10 625 m² 21 875 €
14 641 m² 22 435€
15 725 m² 25 375 €

Plan du lotissement

Commerces

Bar – Tabac

La Taverne des Renards
Mme LOUARN Florence, 10 Hent Kreiz ar Vourc’h,

02.98.91.52.88

la-taverne-des-renards

Boulangerie – Patisserie – Epicerie

M. et Mme CARNEC François et Laurence, 1 Hent Ar Froud

02.98.91.32.19

boulangerie-carnec

Le conseil municipal

LE CONSEIL MUNICIPAL ET SES COMMISSIONS

Monsieur Christian JOLIVET : Maire,
Monsieur Jérôme LE GOFF : Premier adjoint,
Monsieur Jean-Luc Crocq : deuxième adjoint

Président des commissions  : Monsieur Christian JOLIVET

En bas, de gauche à droite : Jean-Luc Crocq, Emilie Pogeant Le-Parc, Aurélie Jacopin, Christian Jolivet, Sylvie Galerme, Jérôme Le Goff, Stéphanie Selmoz. En haut, de gauche à droite : Solenn Le Meil, Bruno Georget, Anne-France Gaudioso, Roger Cueff, Maguy Velly, Damien Le Coz.

– FINANCES : LE MEIL Solenn, LE PAPE Blandine,

– VIE SCOLAIRE ET JEUNESSE  : CUEFF Roger, JACOPIN Aurélie, GALERME Sylvie

– CADRE DE VIE  : COLIN Eric, JACOPIN Aurélie, LE PAPE Blandine

– URBANISME  : CROCQ Jean-Luc, GEORGET Bruno, LE COZ Damien, LE GOFF Jérôme

– ENVIRONNEMENT, AGRICULTURE, COMMERCE  : COLIN Eric, GEORGET Bruno, LE GOFF Jérôme, VELLY Maguy (membres extérieurs au conseil, représentant la profession : CARIOU Jacques, LE COZ Jean)

– SPORTS, ASSOCIATIONS, ANIMATIONS  : CROCQ Jean-Luc, GEORGET Bruno, LE COZ Damien, LE GOFF Jérôme, SELMOZ Stéphanie

– COMMUNICATION  : CUEFF Roger, SELMOZ Stéphanie

– APPEL D’OFFRES  : CROCQ Jean-Luc, et leurs suppléants : LE COZ Damien, LE GOFF Jérôme, GALERME Sylvie

– IMPOTS DIRECTS  : LE PAPE Blandine,  VELLY Maguy

– LISTE ELECTORALE  : GALERME Sylvie

– ACTION SOCIALE  : GALERME Sylvie, VELLY Maguy.

CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR GUILER-SUR-GOYEN :

Le contexte socio-économique de la ville de Guiler-sur-Goyen pourrait avoir une influence sur les intentions de vote aux prochaines élections départementales. Guiler-sur-Goyen comptait 498 habitants en 2010 (518 en 2015). Le taux de natalité y est de 12.30 pour 1000 habitants, plutôt supérieur à la moyenne du territoire national. Le nombre de personnes immigrées est de 14 pour 1000 habitants, ce qui est plus faible que la moyenne nationale. Sur le plan de l’emploi, la ville est marquée par un taux de chômage de 10%, alors que la moyenne nationale est de 9.08%. D’autres indicateurs économiques donnent une mesure des forces de faiblesses de l’économie locale : le nombre d’entreprises placées en liquidation judiciaire dans cette commune est de 0. La part des foyers fiscaux imposables est de 40.30%, ce qui est plus élevé que la moyenne nationale. On n’y trouve aucun foyer redevable de l’I.S.F. (impôt sur la fortune). Autre problématique au coeur des préoccupations en période d’élections départementales : l’insécurité. Cette question est plus difficile à appréhender dans une ville de petite taille. A titre indicatif, le taux de cambriolage est de 3.14 pour 1000 habitants et le taux d’agression est de 4.80 pour 1000.


COMPTE-RENDU DES CONSEILS MUNICIPAUX :

Année 2017 :


Année 2016 :

Présentation de la commune

Guiler-sur-Goyen est une petite commune du nord-ouest de la France, située dans le département du Finistère et de la région Bretagne. Elle fait partie de la Communauté de communes “du Haut Pays Bigouden”. Les habitants et habitantes de la commune de sont appelés les Guilériens et les Guilériennes. Les 548 habitants du village de Guiler-sur-Goyen vivent sur une superficie totale de 11 km2 avec une densité de 45 habitants par km2 et une moyenne d’altitude de 89 m. Les villes voisines sont Mahalon, Landudec, Pouldergat, Pouldreuzic, Plozévet, Confort-Meilars. La grande ville la plus proche de Guiler-sur-Goyen est Quimper et se trouve à 18,66 kilomètres au nord à vol d’oiseau. La gare la plus proche de Guiler-sur-Goyen se trouve à Quimper (19.91 kilomètres). Le maire actuel du village de est Christian Jolivet.

Démarches

DÉMARCHES ADMINISTRATIVES

-Demande de carte d’identité
http://vosdroits.service-public.fr/…

– Demande de permis de conduire
http://permisdeconduire.ants.gouv.fr/

– Demande d’inscription sur les listes électorales
http://vosdroits.service-public.fr/...

– Pôle emploi : services en ligne pour les demandeurs d’emploi http://www.pole-emploi.fr/candidat/…

– Service de télé paiement des amendes
https://www.amendes.gouv.fr/portail…

– Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule https://www.formulaires.modernisati…

– Demande d’extrait de casier judiciaire (bulletin n°3) https://www.cjn.justice.gouv.fr/

-Déclaration de cession d’un véhicule
https://www.formulaires.modernisati…

Dépistage du cancer de l’intestin (colorectal)

Votre département, votre ville, médecins et pharmaciens se mobilisent

Avec l’ADEC29, La Ligue Contre le Cancer du Finistère et les nombreux partenaires de votre santé.

Vous avez entre 50 et 74 ans, que vous soyez un homme ou une femme, vous êtes concernés par le dépistage organisés du cancer de l’intestin.

Ce cancer peut être guéri 9 fois sur 10, à condition de le repérer suffisamment tôt, par la recherche de sang invisible à l’œil nu dans les selles, avec le TEST OC SENSOR.

Comment participer :

A partir de 50 ans jusqu’à vos 74 ans inclus, et tous les deux ans, vous recevez une invitation personnalisée de l’ADEC29 (l’association de dépistage organisé du Finistère).

Dès que vous avez reçu votre invitation, vous pouvez vous rendre chez votre médecin traitant ou votre pharmacien pour récupérer votre KIT complet de dépistage OC SENSOR.

Ce kit est totalement gratuit (prise en charge direct avec la CPAM)

FACILE, le nouveau Test de Dépistage du cancer colorectal est A FAIRE CHEZ SOI (n’oubliez pas de bien remplir le questionnaire ainsi que les étiquettes), et à renvoyer par enveloppe T (fournie) au laboratoire national chargé de la lecture et du retour des résultats à votre domicile et à votre médecin traitant.

Pour plus de renseignements :

ADEC29 / Courriel : contact@adec29.org / 02 98 33 85 10